Connexion extranet

Publications

Note de politique formation 2017

16/01/2017


Vous pouvez consulter la Note de politique formation 2017 le site du FAFIEC ou en cliquant ici !

Pour plus d’informations

Rapport de Branche 2015

20/07/2015
Le rapport de Branche 2015 est consultable en pdf.

Pour plus d’informations

Rapport de Branche 2014

08/10/2015
Vous pouvez consulter le rapport de Branche 2014 et ses annexes en cliquant ci-dessous.

Parution d'une étude COE Rexecode sur la contribution des services de prestations intellectuelles à la compétitivité de l’économie

11/02/2014
Bien qu’elles interviennent surtout auprès d’entreprises présentes sur le territoire national, les activités de services de prestation intellectuelle œuvrent à la compétitivité de l’économie française dans le monde, dans la mesure où :
  • Les entreprises de services de prestations intellectuelles participent aux échanges de biens et de services internationaux. La France exporte ce type de services à hauteur de 20 milliards d’euros, soit 1 % du PIB et 3,5 % de l’ensemble de ses exportations.
  • Elles interviennent pour le compte d’entreprises de secteurs fortement exportateurs, comme l’industrie, qui ont recours à leurs prestations pour apporter des solutions complexes à une demande internationale de plus en plus spécifique. Les achats de services de prestation intellectuelle représentent ainsi près de 5 % de la valeur de la production du secteur industriel en France.
Des entreprises de services de prestations intellectuelles performantes sont à ce double point de vue un enjeu clé pour la compétitivité d’ensemble du tissu productif. Cette observation est confirmée par une des conclusions majeures des
travaux développés par l’OCDE sur la mesure des flux d’échanges internationaux en fonction de la valeur ajoutée échangée. Cette nouvelle approche conduit à montrer que la contribution des services aux entreprises à la création de valeur
associée aux exportations est très supérieure à la simple valeur faciale des services exportés, du fait de l’incorporation des services dans les biens échangés.

Mais ces entreprises présentent des ratios de résultat très faibles en comparaison des autres pays européens

Le secteur souffre de deux fragilités qui nuisent à ses performances :
  • les marges dégagées par les entreprises de services de prestation intellectuelle sont sensiblement plus faibles en France que dans les autres grands pays européens ;
  • Dans des secteurs où les coûts salariaux entrent à hauteur de 35 à 50 % dans la formation du prix de la production, le différentiel du taux apparent de charges annexes au salaire en France par rapport aux autres grands pays européens crée un handicap de compétitivité majeur pour ces secteurs.
Qu’il soit rapporté au chiffre d’affaires ou à la valeur ajoutée, le montant de l’excédent brut d’exploitation de l’ensemble des secteurs est toujours inférieur en France en 2011 au même ratio observé au Royaume-Uni ou en Allemagne. Un des éléments d’explication à ces moindres résultats économiques en France est à rechercher dans les écarts de coûts salariaux. Dans tous les secteurs examinés, le coût salarial horaire en France est supérieur à celui en vigueur en Allemagne,
l’écart variant selon les secteurs de 1,2 à 46 %.

Un déficit de compétitivité niché dans l’écart de taux apparent de charges annexes au salaire

Cet écart de coût salarial, patent avec l’Allemagne, ne tient cependant pas à une différence des niveaux de salaires distribués. Les niveaux de salaires et traitements bruts sont, en fait, comparables entre la France et l’Allemagne, voire légèrement plus faibles en France. L’écart s’explique par un taux apparent de charges annexes au salaire, supérieur de plus de 16 points en France par rapport à l’Allemagne. Par rapport au Royaume Uni, cet écart dépasse les 20 points.

En Allemagne, contrairement au dispositif français, les cotisations sociales sont plafonnées au-delà d’un certain seuil de salaire, ce qui contribue à amplifie l’écart de taux apparent des charges annexes au salaire pour les activités dont le salaire moyen se situe dans le haut de l’échelle de distribution des salaires.

En France, les activités de services de prestation intellectuelle ont recours à une main d’oeuvre très qualifiée, dont le salaire moyen se situe à plus de 58 000 euros en 2011, soit l’équivalent de 3,6 SMIC (niveau de 2011). Or, les dispositifs d’allègement de cotisations sociales patronales adoptés en France, ainsi que le CICE, ne concernent que peu les secteurs dont le salaire moyen se situe dans le haut de l’échelle des salaires. En effet, la proportion de la masse salariale concernée par le CICE dans les activités de services spécialisées, scientifiques et techniques n’est que de 43,2 %. Le CICE touche, en revanche, 65,7 % de la masse salariale de l’ensemble des branches de l’économie nationale et 62,8 % de celle de l’industrie manufacturière.

Les dispositifs gouvernementaux ne soutiennent donc que de manière marginale les activités de services de prestation intellectuelle français. Ils échouent à corriger le handicap de compétitivité dont pâtit ce secteur, pourtant important pour la croissance française, vis-à-vis de ses concurrents européens.

L'étude complète est disponible sur le site de COE Rexecode

Pour plus d’informations

logo CoeRexecode clair (Image , 0,02 Mo)

Synthèse du Colloque "Initiatives pour une nouvelle croissance" du 18 octobre 2013

23/01/2014
Un nouveau monde est en train d’éclore, générant autant de grandes opportunités que de grandes inquiétudes. La part de l’immatériel dans notre économie devenue prépondérante donne une importance inédite au capital humain et représente en ce sens l’une des plus grandes révolutions de notre histoire. Révolution industrielle certes mais aussi, et sans doute, anthropologique.

Constituant un réseau trans-sectoriel, capitalisant des expériences et mettant en rapport des compétences a priori hétérogènes, les métiers des services de prestation intellectuelle favorisent, et pourraient favoriser encore davantage, la diffusion des connaissances, l’essaimage des innovations, qu’elles soient technologiques ou organisationnelles, et les mobilités au sein du tissu productif, faisant d’eux le maillon clé de toutes les chaînes de valeur.

Dans un contexte économique particulièrement difficile, les professionnels de ces métiers, de nos métiers, sont investis d’une responsabilité historique car ils détiennent à la fois les compétences et les moyens techniques nécessaires à cette transformation. C’est en ce sens qu’ils sont devenus bien plus qu’un soutien aux changements, ils sont consubstantiels au changement.

C’est forts de cette conviction que nous avons décidé d’appeler à la naissance d’un grand mouvement qui, porté par la dynamique de nos métiers, soit l’expression de ce monde qui bouge, qui change et qui trace une nouvelle voie pour une nouvelle croissance. En tant qu’acteurs économiques, c’est-à-dire quotidiennement immergés dans l’action, nous avons voulu rester dans notre rôle et, sans remettre en cause les exercices de prospective à long terme qui ont leur place et leur intérêt, proposer notre vision. Pragmatique et à court terme.

Ce colloque est le point de départ d’une initiative plus grande qui se fera l’écho d’un monde en quête de sens et d’une nouvelle prospérité. Il se veut force de propositions concrètes, désignant les grands travaux à accomplir ainsi que les axes de progrès et de réformes à opérer. Notre ambition est d’ouvrir un débat constructif qui permette la confrontation des idées dans le but de contribuer ensemble à une véritable transition éco-sociale.
Ouverture du colloque
  • Relever le défi de la métamorphose
    • Jean-Paul DELEVOYE, président du Conseil économique, social et environnemental
  • Des propositions de court terme pour accélérer la croissance
    • Jean-Luc PLACET, président de la Fédération Syntec
  • Une initiative complémentaire du projet « Quelle France dans dix ans ? »
    • Hervé MONANGE, adjoint au Commissaire général à la stratégie et à la prospective

Conférence introductive

Michel SERRES, philosophe et historien des sciences


Session 1 - Les nouveaux visages de l’industrie

  • Introduction : Un espace informationnel européen de libre circulation
    • Thierry BRETON, président directeur général du Groupe ATOS
  • Restitution des travaux du groupe de travail « Nouveaux écosystèmes industriels »
    • Pierre MUSSO, philosophe, docteur en sciences politiques, professeur en Sciences de l'information et de la communication de Télécom ParisTech
    • Guy MAMOU-MANI, président de Syntec Numérique


Session 2 - L’innovation, moteur de la nouvelle croissance
  • Témoignage : L'université au service de l'innovation : le modèle israélien
    • Muriel TOUATY, Directeur général du Technion France
  • Introduction : Changer notre culture d’entreprise 
    • Geoffroy ROUX DE BEZIEUX, vice-président délégué du MEDEF en charge du pôle économie, innovation et fiscalité.
  • Restitution des travaux du groupe de travail « Innovation scientifique et technologique »
    • Elisabeth LULIN, directrice générale de Paradigmes et cætera
    • Alain BENTEJAC, membre du comité exécutif de la Fédération Internationale de l'Ingénierie


Session 3 - Le capital humain au cœur de l’économie de l’immatériel

  • Introduction : Le vecteur le plus efficace de compétitivité
    • Bernard RAMANANTSOA, directeur général du Groupe HEC
  • Restitution des travaux du groupe de travail « Ressources humaines »
    • Bruno METTLING, directeur général adjoint Ressources Humaines du Groupe Orange
    • Jean WEMAERE, président de la Fédération de la Formation Professionnelle

Session 4 - Quelle stratégie pour quelle croissance ?
  • Introduction : Le projet « France 2020 » du MEDEF
    • Jean-Pierre LETARTRE, président du pôle Prospective-France 2020 du MEDEF et vice-président, Département des Marchés Financiers de la Compagnie nationale des commissaires aux comptes (CNCC)
  • « Nous voulons être des créateurs de confiance »
    • Yves NICOLAS, président de la Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes
  • Restitution des travaux du groupe de travail « Stratégie »
    • Jacques MARCEAU, administrateur de Syntec Conseil en Relations Publiques, membre du think tank de l’Institut Mines-Télécom
    • Hervé BACULARD, président de Syntec Conseil en Management

Conclusion : Vive la croissance !
  • Jean-Luc PLACET, président de la Fédération Syntec

Pour plus d’informations

SYNTHESE A5 page par page (Pdf , 2,42 Mo)

Rapport de Branche 2013

17/09/2013

Pour plus d’informations

Rapport de Branche 2013 (Archives , 0,92 Mo)

Note de politique formation 2013

17/09/2013
Afin de permettre aux entreprises de préparer leur plan de formation, les partenaires sociaux, s'appuyant sur les enseignements de l'étude GPEC de l'OPIIEC, fixent les priorités et la stratégie de la Branche en matière de formation, la stratégie d'offre de services de l'OPCA FAFIEC et les prises en charge en matière de professionnalisation conformément à l'accord de Branche sur la Formation Professionnelle signé le 28 juin 2011.

Pour plus d’informations

Rapport annuel 2012

17/09/2013
Chaque année, à l'occasion de son Assemblée Générale, la Fédération Syntec publie son rapport annuel.

Definitif BrochRapportAnnuel2012 A4 1 Chaque année, à l'occasion de son Assemblée Générale, la Fédération Syntec publie son rapport annuel. En représentant 80 000 entreprises, la Fédération SYNTEC, jour après jour, aide nos entreprises et tous types d’organisations à être plus innovantes, compétitives et porteuses des défis et environnement sociétaux du monde moderne.

Avec 910 000 personnes qui ont fait le choix de mettre leur personnalité et leur talent au service des entreprises et des organisations, petites ou grandes, La Fédération SYNTEC est le visage d’entreprises qui offrent une gamme cohérente et complémentaire de solutions de développement économique durable et socialement responsable :

  • Favoriser l'innovation: SYNTEC diffuse technologies du futur, savoirs et bonnes pratiques
  • Développer la compétitivité : SYNTEC développe la valeur ajoutée délivrée par les entreprises et valorise leurs actifs immatériels
  • Ancrer la responsabilité sociétale : SYNTEC accompagne entreprises et institutions afin qu'elles concilient au mieux progrès techniques et citoyenneté
  • Créer des emplois et développer des talents : SYNTEC invente les métiers de demain et incarner, développer les nouvelles activités  et prépare les hommes aux défis de la nouvelle économie
  • Intégrer les jeunes et préparer les talents de demain : SYNTEC ouvre ses portes aux talents et à la créativité des jeunes générations.
  • Pour plus d’informations

    Mémentos SYNTEC

    08/06/2015
    Mémentos

    Tant en raison de l’actualité législative, réglementaire et jurisprudentielle abondante, que d’erreurs matérielles qui se sont glissées dans  plusieurs des anciens mémentos, notamment dans le mémento n°9 consacré au « temps de trajet et frais de transport », il a été décidé d’en suspendre provisoirement la publication aux fins de réactualisations et de corrections.
    Nous vous remercions pour votre compréhension.
    Il est rappelé que ces mémentos destinés exclusivement à nos adhérents n’ont pas d’autres objectifs que d’être des guides pédagogiques et ne sauraient en aucun cas être lus comme traduisant des positions doctrinales ou normatives de la Fédération SYNTEC.  


    Actualités sociales

    Plusieurs thèmes abordés dans chaque numéro (rupture conventionnelle, formation, salaires minima, durée du travail...).

    Ces outils pratiques sont réservés aux entreprises adhérentes aux Syndicats SYNTEC : Syntec Numérique, Syntec Ingénierie, Syntec Etudes et Conseil.

    Pour en savoir plus, n'hésitez pas à contacter :
    • Syntec Numérique - tél. : 01 44 30 49 70
    • Syntec Ingénierie - tél. : 01 44 30 49 60
    • Syntec Etudes et Conseil -  tél. : 01 44 30 49 20

    Pour plus d’informations

    Rechercher

    Indice syntec

    31/03/2017

    JUIN 2017
     
    262,2
    publié le 31 JUILLET 2017
     EN SAVOIR PLUS    S’ABONNER

    Pour plus d’informations

    ADESATT 2017

    05/01/2016


    Pour plus d’informations

    Convention collective

    15/06/2013


     
    Convention Collective Nationale applicable au Personnel des Bureaux d'Études Techniques, des Cabinets d'Ingénieurs-Conseils et des Sociétés de Conseils

    IDCC 1486 - Brochure n°3018
     
    CONVENTION COLLECTIVE   AVENANTS ET ACCORDS

    Pour plus d’informations

    Apprentissage

    15/06/2013



       
    La Fédération Syntec ne collecte plus la Taxe d’apprentissage depuis le 31 décembre 2015.
    L'arrêté du 23 novembre 2015 portant habilitation du Fafiec en qualité d'Organisme Collecteur de la Taxe d'Apprentissage (OCTA) est paru au journal officiel du 1er décembre 2015. Dès le 1er janvier 2016, le Fafiec collecte et reverse la taxe mais aussi mène des actions de promotion de l'apprentissage.    EN SAVOIR PLUS

    TOUTE L’INFORMATION
    UTILE

    Pour plus d’informations

    Newsletter