En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérer mes cookies.

Connexion extranet

Editorial

Discours de Laurent Giovachini à l'Assemblée générale de la Fédération Syntec du 28 juin 2018

02/10/2018

  



PhotoLGsite

Madame la Présidente,

Madame et Messieurs les Présidents de syndicats,

Mesdames et Messieurs les Présidents et Directeurs généraux,

Mesdames et Messieurs,

Chers amis,

 

Un grand merci, chère Viviane, pour vos propos bienveillants et vos encouragements. J’en mesure le prix et la portée.

Je tiens pour ma part à saluer votre engagement et la détermination dont vous avez fait preuve tout au long de vos quatre années de mandat.

Je souligne également la qualité des échanges que nous avons eus ensemble dans les dernières semaines, qui a permis de grandement faciliter la « passation de témoin ».

Je veux aussi remercier très sincèrement et très chaleureusement les membres du Conseil d’administration de la Fédération, qui m’ont élu à une large majorité le 19 juin dernier.

Cette élection, vous le savez, est intervenue dans des circonstances particulières.

La campagne fut parfois exagérément passionnée.

Je me suis efforcé en ce qui me concerne de faire preuve de retenue et de sens des responsabilités, et je voudrais à cet égard rendre hommage à mes deux concurrents, Christian Nibourel et Xavier Hochet, avec lesquels les rapports sont toujours restés cordiaux et courtois.

Comme vous le savez, j’ai d’emblée placé ma candidature sous le signe du rassemblement.

J’ai clairement indiqué qu’elle n’était pas dirigée contre tel ou tel syndicat, telle ou telle société, telle ou telle personnalité. Maintenant que je suis élu, ne comptez pas sur moi pour changer de ligne !

Le rassemblement est plus que jamais nécessaire. J’ai d’ailleurs revendiqué un « oeil neuf », impartial, par rapport aux débats, parfois houleux, qui ont animé – voire agité – la Fédération au cours des derniers mois. Je puis d’ores et déjà vous confirmer que les Présidents de syndicats premiers, ceux des membres associés et moi-même sommes déterminés à oeuvrer en bonne intelligence et en étroite coordination.

La composition de mon équipe, que je compte finaliser très prochainement en concertation avec eux, reflètera ainsi les différentes sensibilités qui s’expriment au sein de la Fédération, tout en présentant toutes les caractéristiques d’un collectif soudé et déterminé à aller de l’avant.

Fort heureusement, nous disposons au sein de nos professions d’excellents experts et de managers expérimentés : je suis donc confiant dans notre capacité à nous organiser efficacement. Il nous faut en effet retrouver très rapidement calme, sérieux et sérénité, pour être en mesure de jouer un rôle proactif – de peser – au sein du MEDEF comme auprès du Gouvernement et ne pas se voir imposer des solutions par le haut.

A cet égard, je vous rappellerai la maxime bien connue, en politique comme dans le monde économique : « If you are not at the table, you are on the menu »…

C’est pourquoi – et c’est l’ancien ingénieur militaire qui parle –, la Fédération doit être dès que possible en ordre de bataille !

Dès à présent, je suis en mesure de vous indiquer que Dominique Maret a accepté de poursuivre sa mission en tant que Présidente de la Commission Paritaire de la Convention Collective Nationale. Il en est de même pour notre trésorier Pierre Verzat. Je remercie ces deux grands professionnels pour leur engagement et la confiance qu’ils me témoignent.

Car les chantiers ne manquent pas, et certains sont urgents : je compte bien, avec l’aide de tous, les prendre à bras le corps ! J’insisterai cet après-midi devant vous sur deux d’entre eux, qui sont sans doute les plus importants.

Le premier concerne la réforme de la formation professionnelle et la transformation des OPCA en OPCOM. Il nous faut très vite statuer dans ce cadre sur les rapprochements à favoriser et sur ceux à proscrire (ce que j’ai appelé nos « lignes rouges »), afin d’être en capacité de défendre nos positions par rapport à des décisions qui pourraient être prises de façon autoritaire. Parce que ce processus aura inévitablement pour effet, au moins indirect, d’accélérer la restructuration des branches professionnelles, nous devons y être tout particulièrement attentifs. Et de ce point de vue, toutes les professions de services ne se valent pas. Ce qui doit me semble-t-il nous guider est, à l’instar du rapprochement en cours avec CINOV, la recherche d’autres secteurs d’activités de service à forte valeur ajoutée.

Nous devrons aussi – et c’est le deuxième chantier – poursuivre le travail engagé pour faire évoluer notre Convention collective.

Les maîtres mots en la matière me semblent devoir être « compétitivité », « souplesse » et « sécurisation des dirigeants » bien sûr, mais aussi « attractivité » et « innovation sociale ». Je compte bien entendu sur Dominique Maret pour conduire à mes côtés ce deuxième chantier.

J’en profite pour indiquer que je compte naturellement rencontrer dès que possible les représentants des syndicats de salariés, sur ce thème comme sur tous les sujets qui intéressent la branche, et ils sont nombreux !
Bien d’autres dossiers devront être ouverts, de multiples travaux déjà bien engagés devront être poursuivis, dans le champ social comme dans celui de la formation.

Je ne vous apprendrai rien en vous disant que nous sommes entrés dans une période de transformations sociales profondes
 (réformes du droit du travail, de la formation professionnelle, de l’apprentissage, des retraites…), transformations impulsées par le Président de la République et mises en oeuvre par le Premier ministre et la Ministre du travail.

Et je ne parle pas du projet de loi Pacte – le Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises –, qui vient d’être présenté en Conseil des Ministres, ni de la future Loi de finances, qui pourrait nous réserver quelques surprises, en ce qui concerne par exemple les aides aux entreprises !

Notre Fédération se doit d’être au rendez-vous et de faire valoir les intérêts des professions qu’elle représente.

Bien entendu, le rôle de la Fédération s’arrête là où celui des syndicats commence : il n’appartient pas à la Fédération de s’immiscer dans les questions relatives aux métiers propres à chacun des syndicats, mais bien de porter les seuls enjeux communs aux professions que nous représentons collectivement.

Mesdames et Messieurs,

Je suis convaincu que ce qui nous rassemble – que l’on vienne des Etudes et du Conseil, de l’Ingénierie, du Numérique, de l’Evénementiel, ou encore de la Formation professionnelle – est plus fort que ce qui nous sépare.

Nous représentons les professions de service à forte valeur ajoutée.

Les salariés de nos entreprises – près d’un million de collaborateurs hautement qualifiés, mobiles, exigeants – constituent une avant-garde au sein du monde du travail. Nous inventons chaque jour avec eux de nouvelles manières de travailler adaptées à leurs aspirations comme aux nouveaux modèles économiques.

Alors même que nos entreprises sont parfois méconnues et que leur apport à l’économie française est souvent sous-estimé, voire ignoré, par les responsables politiques comme par les médias, nous avons une immense responsabilité, parce que notre secteur d’activité préfigure pour une bonne part ce que sera le monde du travail de demain.

J’aurai besoin des compétences et de l’énergie de toutes et de tous dans cette période déterminante pour l’avenir de la Fédération SYNTEC.

Vous pouvez compter sur moi pour m’investir pleinement, mobiliser mes réseaux public et privé, coopérer avec la future équipe dirigeante du MEDEF, sans autre ambition que celle d’oeuvrer pour le bien commun de nos professions et de nos petites, moyennes et grandes entreprises.

 Je vous remercie de votre attention.

Pour plus d’informations

Le Manifeste

19/09/2017
Nous sommes :

INDISPENSABLES,
nous sommes résolument transversaux
Présents dans toutes les strates de l’économie, depuis la conception jusqu’à la production des services
comme des biens, nous manions les data, l’information, les stratégies au coeur de toutes les entreprises :
de l’agriculture à l’industrie en passant par les services.

INSPIRÉS,
nous croyons au pouvoir de l’intellect
Notre créativité, nos inventions, nos énergies traversent l’économie et le monde d’aujourd’hui. Qu’elles
soient humaines ou logicielles, en amont ou en aval, nos prestations sont souvent immatérielles mais
créatrices d’un surcroit bien réel de productivité.

DYNAMIQUES,

nous transformons les entreprises
Révélateurs de talents, catalyseurs d’efficacité, démultiplicateurs de valeur, nous sommes jeunes mais nous
représentons un chiffre d’affaires total de nos métiers de 120 milliards d’euros et une croissance supérieure
aux autres secteurs économiques.

VISIONNAIRES,
nous partageons les valeurs d’un entrepreneuriat moderne
Égalité hommes-femmes, innovation, culture du risque, responsabilité ; autant de grands principes que nous
essayons de mettre en oeuvre concrètement au travers d’accords et de conventions dans notre Branche, sur
le terrain.

UTILES,
nous créons aujourd’hui les emplois de demain
En mode agile, en mode projet, dans des structures horizontales, nous initions de nouvelles manières de
travailler adaptées aux nouveaux modèles économiques. Contrats de professionnalisation, apprentissage,
formation, alternance, embauche de jeunes diplômés sont nos atouts contre le chômage.

ENTHOUSIASTES,
nous refusons la morosité et le fatalisme
Nous nous battons contre les rigidités et les conservatismes, nous croyons aux changements de
paradigmes. Nous sommes persuadés que flexibilité peut rimer avec sécurité, que l’employabilité n’exclut
pas l’épanouissement mais qu’intermittence ne doit pas se conjuguer avec permanence.

SOLIDAIRES,
nous dessinons les contours d’un modèle d’entreprise à la française
TPE, PME, indépendants, grosses entreprises, peu importe la taille ; elles mettent l’intelligence au centre,
privilégient la créativité à la conformité et pensent l’économique et le social comme intimement liés.

AMBITIEUX,
nous voulons une croissance positive et décomplexée
Une croissance qu’on cesse d’attendre mais qu’on provoque, une croissance indispensable, mais pas à
n’importe quel prix, une croissance profitable et partageable.

OUVERTS,
nous pensons que demain se construit collectivement
C’est en étant syndiqués et fédérés, en optimisant nos différences, pour faire converger nos intérêts,
qu’ensemble nous nous construirons une influence à la hauteur du poids et des enjeux que nous
représentons.

Nous sommes
de la valeur en puissance,
Nous sommes les métiers
de l’Intelligence Productive



Télécharger la plaquette du Manifeste en cliquant ici !

Pour plus d’informations

Rechercher

Indice syntec

31/10/2017

Octobre 2018
 
269,8
publié le 30 novembre 2018
 EN SAVOIR PLUS    S’ABONNER

Pour plus d’informations

ADESATT 2018

05/01/2016


Télécharger ici le Bordereau de versement 2018


Pour plus d’informations

Convention collective

15/06/2013


 

Convention Collective Nationale applicable aux salariés des Bureaux d’Etudes Techniques, des Cabinets d’Ingénieurs-Conseils et des Sociétés de Conseils


IDCC 1486 - Brochure n°3018
 
CONVENTION COLLECTIVE   AVENANTS ET ACCORDS

Pour plus d’informations

FORMATION PROFESSIONNELLE

15/06/2013
   

fafiec



Le Fafiec est l'OPCA, OCTA des métiers de l'ingénierie, du numérique, des études, du conseil et des métiers de l'événement.

A ce titre, il est chargé de :

  • collecter et gérer les contributions formation des entreprises et de la Taxe d'Apprentissage
  • mutualiser les fonds et financer les actions de formation, de bilan de compétences et de validation des acquis de l'expérience (VAE) des salariés
  • conseiller, informer et accompagner les entreprises, les salariés et les demandeurs d'emploi sur la formation professionnelle continue et le développement des compétences
  • promouvoir les métiers de la Branche, de l'apprentissage et de la Taxe d'Apprentissage

Géré par les représentants des 7 organisations patronales et syndicales de ces métiers, le Fafiec met en œuvre une politique de formation ambitieuse construite au bénéfice de près de 61 000 entreprises et plus de 792 000 salariés.

    EN SAVOIR PLUS

Pour plus d’informations

Newsletter