Indice syntec 313,8
Publié le 26 février 2024

Apprentissage et formation professionnelle : la Fédération Syntec appelle à un dialogue avec le Gouvernement

Alors que le Gouvernement vient d’annoncer une réduction des financements impactant la formation professionnelle, la Fédération Syntec propose à l’État de reprendre le dialogue avec les fédérations professionnelles.

La Fédération Syntec, la Fédération Bancaire Française et France Assureurs viennent de publier conjointement un livre blanc visant à promouvoir l’emploi qualifié en France. Il contient 10 propositions concrètes et responsables dont plusieurs poursuivent l’objectif de sécuriser financièrement l’apprentissage. Il y est notamment suggéré de plafonner les niveaux de prise en charge des contrats d’apprentissage à 9 500 €. Les trois fédérations préconisent également la mise en place d’un dialogue de gestion entre France compétences et les branches pour mieux appréhender les besoins des entreprises, donner plus de visibilité aux acteurs et garantir la soutenabilité financière du système.

Par ailleurs, dans le cadre de la co-construction des parcours de formation, la Fédération Syntec souhaite que les salariés dont le CPF est abondé par une entreprise ou une branche soient exonérés de reste à charge. En effet ne doivent être pénalisés ni les branches qui mettent en œuvre des politiques volontaristes d’abondement du CPF ni les salariés qui choisissent de mobiliser leur CPF afin de suivre une formation en lien avec les besoins de leur entreprise ou secteur d’activité.

La Branche du numérique, de l’ingénierie, du conseil et de l’événementiel, parce qu’elle est pleinement engagée dans le développement de l’apprentissage et la montée en compétences de la population active, doit être écoutée. Elle appelle le Gouvernement à prendre en compte les propositions avancées avec ses homologues de la Banque et de l’Assurance et se tient à sa disposition pour échanger sur leurs modalités concrètes de mise en œuvre.