Indice syntec 275,1

Panorama social et économique de la branche formation professionnelle

Chaque année, la branche de la formation professionnelle réalise un Panorama social et économique de branche. Focus sur l’édition 2019.

Le Panorama social et économique de la branche formation professionnelle s’appuie prioritairement sur les sources statistiques publiques, les données des Opco.

Les principaux indicateurs de l’édition 2019 :

  • Les effectifs de la branche des organismes de formation continuent de progresser depuis 5 ans, avec un taux de progression annuel moyen de 0,1%.
  • La branche totalise 74 000 salariés sur l’ensemble du territoire national (Métropole et DOM), représentant environ la moitié du grand secteur de la formation professionnelle continue.

 

  • Le nombre d’employeurs de la branche a également augmenté pour atteindre 8 200 entreprises.
    • Toutefois, la taille moyenne de ces entreprises a eu tendance à diminuer, et ainsi la part des TPE a augmenté, passant de 78% à 80%.

 

  • Parmi les salariés, on constate une légère augmentation du taux de féminisation (passant de 62,2 % à 62,5%). La part des seniors a également augmenté (passant de 32 à 32,9%), et plus rapidement que pour la moyenne nationale (+ 0,5point au niveau national).

 

  • La répartition des salariés par métier n’a pas connu d’évolution notable : la filière Formation/ Accompagnement/ Ingénierie représente 56 % des effectifs, les formateurs représentant à eux-seuls près de 40% des salariés de la branche. Les filières Développement et Support représentent respectivement 10 et 34%.

 

  • La part des emplois en CDI a augmenté. Le taux de CDD reste toutefois élevé car incluant également le travail occasionnel ou à l’acte.

 

  • La rémunération moyenne a baissé, mais ce qui masque des évolutions très différentes. En effet, on note une augmentation sur les CDI, pour les femmes, pour certaines CSP (dont les employés), … et l’écart femmes-hommes s’est réduit. Les rémunérations restent toujours supérieures aux minima même si l’écart se resserre sur certains niveaux de classification (D2, C1&C2, E1 notamment).

 

  • En matière de formation des salariés, la branche a eu un recours important au contrat de professionnalisation en 2018 et le recours à la période de professionnalisation a été également élevé, même si en baisse par rapport à l’année précédente. Le CPF s’est développé : 2,2% des salariés de la branche y ont eu recours.

 

  • Le chiffre d’affaires moyen des employeurs ayant répondu à l’enquête de la branche est de 907 K€, dont 40% réalisés sur des actions financées par les OPCA et les Fongecif.
    • Les prévisions d’évolution de ce CA pour 2019 sont partagées : un quart des organismes de formation envisagent une augmentation, mais un tiers d’entre eux anticipent une baisse.

 

  • Les marchés les plus porteurs pour 2019 seraient la formation des jeunes en formation initiale, celle des particuliers. Les organismes de formation prévoient également une augmentation de leur chiffre d’affaires dans l’e- learning et blended learning, ainsi que pour les certifications.