Indice syntec 279,8

Si la Responsabilité sociétale des entreprises (RSE), responsabilité vis-à-vis des impacts de leurs décisions et activités sur l’humain, l’environnement et la société, a pu être vue comme une option par le passé, elle est désormais considérée comme un enjeu majeur et incontournable, une opportunité d’innover, de créer de la valeur responsable, de fidéliser les équipes et même de survivre.

La RSE, définie comme l’intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec les parties prenantes, est la manière dont l’entreprise aligne sa raison d’être, sa stratégie, sa gouvernance et ses processus avec les trois volets du développement durable (économique, social et environnement). Une entreprise qui met en œuvre la RSE va ainsi chercher à avoir un impact positif sur la société et à respecter l’environnement, tout en étant économiquement viable. Pour cela, la RSE ne peut pas être qu’une partie hermétique de la déclinaison de la stratégie d’une structure, elle doit absolument être intégrée, par une réflexion globale, au plus haut niveau de la stratégie business, venant irriguer l’ensemble des processus internes et des contacts avec les parties prenantes.

Les enjeux de la RSE

Un nouveau contexte sociétal et politique

La démarche de la Fédération et de ses syndicats membres, par l’élaboration de ce guide, s’inscrit dans un contexte sociétal et politique nouveau, le rôle des entreprises dans la société évoluant, ainsi que leur influence et les attentes de l’opinion publique sur les enjeux sociaux et environnementaux. La pression de l’opinion publique, des clients et des consommateurs incite à la prise en considération de tels enjeux.  En effet, un cadre institutionnel a été instauré avec la loi PACTE du 22 mai 2019, introduisant de nouvelles dispositions pour renforcer la RSE, constituant un substrat nécessaire pour faire émerger l’entreprise responsable du XXIe siècle. Elle a notamment consacré la RSE comme levier de contribution de l’entreprise aux grands enjeux sociétaux, avec l’instauration d’une raison d’être dans les statuts de l’entreprise. Elle a également modifié la définition de la société dans le Code civil, l’article 1833 disposant désormais que la société doit être gérée dans son intérêt social, en prenant en considération les enjeux sociaux et environnementaux de son activité. 

La RSE est désormais considérée comme un enjeu majeur et incontournable, une opportunité d’innover, de créer de la valeur responsable, de fidéliser les équipes.

Une source de compétitivité accrue

Au-delà de ce contexte, la Fédération Syntec et ses syndicats membres sont convaincus que la RSE contribue à la compétitivité des entreprises et à l’attractivité de ses métiers, en répondant au mieux aux attentes des chefs d’entreprise, des salariés et de la société civile.  Ainsi, l’effet positif de la RSE comme source de compétitivité a été démontré, comme en atteste l’étude de France Stratégie conduite en 2016 auprès de 8 000 PME françaises, qui a prouvé un gain de performance de plus de 13 points pour les entreprises engagées dans la RSE.  Plus encore, la RSE est un moyen pour le dirigeant de renforcer la performance globale de son entreprise et de garantir sa compétitivité à court, moyen et long terme. Le développement d’une démarche RSE peut notamment contribuer à :

  • répondre aux attentes des clients de plus en plus conscients des enjeux environnementaux et sociétaux ; 
  • maîtriser plus efficacement les risques (opérationnels, environnementaux, sociaux, réglementaires, juridiques, financiers, de réputation, etc.) ; 
  • réduire les coûts, par exemple, par des économies de ressources (énergie par des bâtiments moins consommateurs, matières premières par des achats responsables, …) ; 
  • anticiper les évolutions de marché, par exemple grâce à un dialogue avec les parties prenantes ;
  • améliorer sa capacité d’adaptation, par l’innovation managériale et un dialogue continu avec ses salariés ; 
  • développer sa capacité d’innovation, en prenant en compte des enjeux de durabilité dans le déploiement de nouveaux produits et services ; 
  • faciliter son accès à des financements, les investisseurs et les banques intégrant de plus en plus la RSE dans leur appréciation des entreprises. 

Facteur d’attractivité et vecteur de sens

En outre, il s’agit d’un facteur essentiel d’attractivité des talents et plus particulièrement des jeunes générations, en quête de structures engagées. La mise en œuvre de la RSE répond à une attente de plus en plus forte des jeunes. À titre d’exemple, plus de 32 000 étudiants français ont signé le « Manifeste étudiant pour un réveil écologique »1 depuis 2018 pour questionner les entreprises sur leurs engagements environnementaux. Plus largement, près de 60 % des actifs français considèrent que la politique RSE d’une entreprise est un critère important au moment de choisir d’y travailler2.  Enfin, il s’agit d’un vecteur de sens pour les entreprises et pour leurs salariés. En interne, la RSE est une démarche concrète pour donner du sens au métier de chaque collaborateur et pour les motiver. Les attentes des citoyens, tout comme celles des salariés évoluant, l’entreprise ne peut plus être un simple acteur économique mais se doit aussi d’adopter un modèle économique positif pour ses salariés, ses parties prenantes et son territoire. 

Un guide pédagogique

Pour toutes ces raisons, la Fédération et ses syndicats membres ont souhaité mettre à disposition des entreprises ce guide, qui a vocation à être un outil pédagogique pour aider l’ensemble des structures appartenant au secteur des professions de services à haute valeur ajoutée de toutes tailles à s’y retrouver dans le concept de RSE, à se lancer ou à poursuivre leurs engagements. Il est structuré en 5 parties, constituant les 5 axes sur lesquels orienter la stratégie RSE :

  • Gouvernance
  • Social
  • Économique
  • Sociétal
  • Environnemental

Ce guide s’adresse à toutes les structures du secteur des services à haute valeur ajoutée, de toute taille, adhérentes ou non des syndicats membres de la Fédération, qui souhaitent mettre en place ou renforcer une démarche RSE, et a vocation à être largement diffusé à tous, salariés, dirigeants ou parties prenantes. Il est particulièrement susceptible d’aider les TPE-PME, désireuses d’un cadre pour avancer dans leur stratégie RSE et enthousiastes à l’idée de mettre en avant leur engagement auprès de leurs parties prenantes internes et externes.  En effet, seule une approche globale de la RSE, partagée par tous, pourra permettre une véritable diffusion et un ancrage des principes d’une responsabilité sociale, sociétale et environnementale de chaque acteur économique.  1. Pour-un-reveil-ecologique.org/fr
2. Source : Ifop pour RM Conseil et le Forum de Giverny, septembre 2019. 

Ils l’ont dit

« À l’image de leur engagement en faveur du climat, les entreprises
d’ingénierie mènent des démarches de gestion sociale et environnementale responsables et respectueuses de leur écosystème. Le présent guide réalisé avec l’ensemble des secteurs de la branche Syntec propose des repères utiles pour les entreprises qui souhaitent valoriser ou renforcer leurs engagements au travers d’objectifs et d’indicateurs d’évolution qui prennent en compte la diversité des activités de la branche. »

Pierre Verzat, Syntec Ingénierie

« La responsabilité sociétale est désormais au cœur de la stratégie de l’entreprise, qui ne peut plus être guidée par la seule performance économique. La crise que nous traversons est en cela une opportunité pour reconstruire une économie plus vertueuse et inclusive, dans laquelle l’impact de leur activité sur la société doit guider nos entreprises. Cette conviction est au cœur du programme Numérique Responsable que Syntec Numérique a mis en place en 2019. Ces enjeux sont fondamentaux pour les entreprises du secteur numérique, qui contribuent, grâce aux services et solutions qu’elles développent, à façonner le monde de demain. Aussi, il est essentiel de les accompagner afin qu’elles disposent de tous les outils nécessaires pour placer ces sujets au centre de leur business model. »

Godefroy de Bentzmann, Numeum

« La RSE est au cœur des entreprises de la filière du développement des compétences, qui, par la nature de leur mission ont un fort impact sociétal. Leur activité contribue quotidiennement à la cohésion sociale et au développement et à la performance des organisations et des territoires. Les acteurs de la compétence sont aussi des accompagnateurs au changement de l’ensemble des secteurs économiques dans leur création de valeur responsable. Un des grands défis actuels est notamment l’accélération du développement de formations et de compétences ‘vertes’, répondant à une préoccupation sociale et économique croissante pour la transition écologique. »

Pierre Courbebaisse, Les Acteurs de la Compétence

« Des mutations majeures bouleversent notre contexte socio-économique, parmi lesquelles la nécessaire prise en compte par les entreprises des conséquences économiques, sociales et environnementales de leurs activités. Dans le secteur du conseil, la RSE est incontournable, pour répondre aux attentes des clients que nous accompagnons dans la prise de décisions stratégiques comme pour attirer des talents et favoriser l’engagement de nos équipes. Embarquer toute la profession dans la transition nécessite tout d’abord de partager des repères. Je salue cette initiative qui permet de bien mettre en évidence ce que recouvre la RSE, qui ne se résume pas à des actions philanthropiques ou à la réduction des déplacements de nos consultants, mais questionne en profondeur nos pratiques métier ! »

Matthieu Courtecuisse, Syntec Conseil