Indice syntec 274.7
Publié le 05 novembre 2020

Télétravail : la Fédération Syntec réaffirme l’engagement des entreprises de la branche à appliquer massivement le télétravail tout en continuant à servir au mieux l’économie française

Si la Fédération Syntec salue les possibilités offertes aux entreprises de ses secteurs – numérique, ingénierie, conseil, formation professionnelle et événementiel – de continuer à exercer leurs activités sur site pour les postes non télétravaillables, le télétravail est aujourd’hui la règle pour la très grande majorité des salariés de ses entreprises.

Cette règle est en effet très largement mise en œuvre par ses entreprises puisque la Fédération Syntec estime à plus de 80% le taux de télétravail sur l’ensemble de la branche. Elle appelle celles des entreprises qui n’auraient pas encore pleinement opéré le basculement en télétravail de toutes les fonctions le permettant à le faire au plus vite, en cohérence avec le Protocole national actualisé.

La Fédération Syntec tient à souligner que ses entreprises doivent toutefois, pour partie, intervenir sur site pour soutenir les activités de 1ère et de 2e lignes et assurer la  continuité de leurs services dans des domaines comme l’ingénierie de chantiers, l’opérabilité des chaines industrielles, l’accompagnement technologique, la cybersécurité (dans une période où le nombre des attaques a significativement augmenté), le support informatique ou encore dans des environnements hautement sécurisés ne permettant pas le travail à distance, sans que cette liste soit exhaustive.

Il est enfin important de rappeler que les secteurs représentés par la Fédération Syntec sont des activités de services : le passage de leurs prestations en distanciel suppose qu’il n’y ait pas, de la part de leurs clients (administrations, opérateurs d’importance vitale, entreprises privées, etc.), d’exigence de travail en présentiel.

Il appartient donc à l’ensemble des acteurs économiques de mettre en œuvre l’effort de transformation de l’organisation du travail nécessaire dans la période de crise sanitaire que nous traversons.

Poursuivre la lecture