Indice syntec 270.1
Publié le 25 février 2019

Assurance-chômage : la Fédération Syntec rappelle son attachement aux principes d’équité et d’universalité

La Fédération Syntec exprime sa préoccupation face à la possible remise en cause par le gouvernement des indemnités des cadres au travers de mesures qui vont à l’encontre des principes d’équité et d’universalité.

Selon certains médias, deux pistes de réforme de l’assurance-chômage seraient étudiées par le gouvernement : introduire une dégressivité des allocations ou abaisser leur plafond. La Fédération Syntec s’oppose fermement à ces deux mesures et réaffirme son attachement aux principes d’équité et d’universalité qui régissent notre système d’assurance-chômage.

Principale organisation professionnelle d’une branche qui représente plus de 900 000 salariés issus des secteurs du Numérique, de l’Ingénierie, du Conseil et de l’Evénementiel, et dont les entreprises emploient près de 20% des cadres dans le secteur privé, la Fédération Syntec estime que de telles mesures aboutiraient de facto à priver les cadres des possibilités d’indemnisation auxquelles ils ont légitimement droit en contrepartie des cotisations qu’ils ont versées jusqu’à l’automne 2018 et dont les entreprises continuent de s’acquitter.

Il est important de rappeler qu’en raison même du faible taux de chômage des cadres, ces cotisations contribuent d’ores et déjà à l’indemnisation de l’ensemble des chômeurs, bien au-delà de celle des seuls cadres à la recherche d’un emploi.

Toute mesure de plafonnement des indemnités ne ferait qu’accentuer ce phénomène, sauf à réduire à due proportion les cotisations correspondantes.

Quant à une éventuelle mesure de dégressivité, elle ne pourrait être envisagée que si elle concernait l’ensemble des demandeurs d’emploi.

En tout état de cause, la mise en œuvre de l’une ou l’autre de ces mesures ne produirait que des économies marginales pour le régime, très en deçà des objectifs affichés par le gouvernement. En effet, seule une minorité des cadres est indemnisée à un niveau proche de l’actuel plafond et la part de cadres ne cherchant pas activement un emploi est nettement plus faible que dans le reste de la population des demandeurs d’emploi.

D’une manière générale, la Fédération Syntec insiste sur la nécessité, non seulement de ne pas opposer les catégories de salariés entre elles, mais également de créer un environnement économique favorable à la croissance de secteurs concentrant une large part des créations d’emplois qualifiés dans notre pays.

Contact presse : Caroline DUEZ – Responsable Communication caroline.duez@syntec.fr  01 44 30 49 63

Les dernières actualités
Action publique et responsable
25 février 2019
Repenser la place des entreprises au cœur des territoires…
…comment promouvoir le développement économique et social par nos métiers ? A travers cet événement live, organisé le 14 octobre dernier, la Fédération Syntec souhaitait porter un message fort : celui de la revitalisation des territoires.
Action publique et responsable
25 février 2019
[Etude Ifop pour la Fédération Syntec] Fracture territoriale – 41% des actifs français prêts à changer de région pour raison professionnelle
La Fédération Syntec publie les résultats d’un sondage Ifop portant sur l’attractivité territoriale et la perception qu’en ont les actifs français. Quelques mois après le confinement, il ressort de cette étude un intérêt certain quant à la volonté de changer de région pour raison professionnelle (60% des actifs en Ile-de-France), et une forte confiance accordée aux acteurs locaux pour renforcer l’attractivité des territoires (86% font confiance aux TPE et PME, 78% à la région). Cette étude s’inscrit dans le cadre d’une réflexion globale entamée par la fédération sur la manière dont les secteurs d’avenir qu’elle représente peuvent contribuer à réduire la fracture territoriale.