Indice syntec 274.2

L’emploi dans le secteur du conseil en 2017

Principaux indicateurs sur l’emploi dans le secteur des études et du conseil, issus du Rapport annuel de branche 2017.

Volume et typologie des offres d’emploi

Sur l’année 2017, les entreprises du secteur des études et du conseil ont fait paraître 20 000 offres d’emploi, émanant principalement d’établissements situés en Île-de-France : sur l’année, la région en totalise à elle seule 66%. Cette concentration des offres d’emploi devrait venir renforcer la polarisation des emplois du secteur en Île-de-France, qui recense déjà près des deux tiers des effectifs salariés (64% contre 50% dans l’ensemble de la branche).

Dans le secteur, le taux de salariés en CDI est moins important que dans le numérique ou dans l’ingénierie (84%, contre respectivement 94% et 88%). Cette proportion pourrait même s’amenuiser puisqu’en 2017, seuls 60% des contrats proposés étaient en CDI, contre 65% en 2016).

Les offres s’orientent principalement vers des diplômés de Bac +4/5 (77% des offres, 82% dans la branche), mais font toujours une place à des profils moins diplômés : 17% des offres sont de niveau Bac ou Bac +2.

La majorité des salariés se répartit dans des entreprises du conseil en management (27%), de la communication et relations avec les publics (15%) et des études de marchés (15%).

En 2017, les entreprises du secteur étaient notamment à la recherche de consultants en relations publiques, de directeurs conseil, d’assistants de communication et de responsables de département.

Si la plupart des métiers recherchés par les entreprises restent en tension, les acteurs du secteur pourront compter sur des compétences issues d’autres branches.

Tendances de l’activité et perspectives de recrutement

Les chefs d’entreprise des études et du conseil interrogés sont parmi les plus confiants quant à la situation de leur entreprise au cours des 6 prochains mois : 68% (2% de plus qu’au premier semestre  2017) se déclarent très optimistes ou optimistes, contre un nombre faible de pessimistes (5%).

36% estiment que l’activité de leur entreprise va être en hausse dans les 6 prochains mois.

Un chef d’entreprise sur trois compte effectuer des recrutements dans les six prochains mois (33%) faisant augmenter le nombre de salariés d’une entreprise sur quatre (23%).

Les besoins en recrutement s’orientent principalement sur des postes de chargés d’études (37% des répondants souhaitent en recruter au cours des 6 prochains mois) et des candidats de niveau Bac +4/5 ou plus (55%), laissant toutefois une place aux diplômés de niveaux Bac +3 (17%) ou Bac +2 (10%).