Indice syntec 279,8

Chaque entreprise peut améliorer son empreinte territoriale, en développant l’emploi local et la création de valeur. Développer son engagement citoyen, en soutenant les organisations d’intérêts générales, fait partie intégrante de son rôle sociétal. 

Introduction

L’entreprise n’est pas une structure implantée sur un territoire, et dans la société, de manière indépendante et hermétique. Elle entretient des liens avec son écosystème nécessaires pour survivre, donner un sens à son existence, créer de la confiance, fidéliser ses salariés et recruter de nouveaux talents. La responsabilité de l’entreprise va en effet bien au-delà de l’aspect économique, elle a aussi un impact sur la vie sociale et sociétale locale, voire nationale. Deux axes structurent cette implication sociétale de l’entreprise : 

  • la participation à la vie de son territoire, de manière collective, décidée par l’entreprise et mobilisant les salariés, c’est-à-dire inscrite dans sa stratégie ; 
  • la contribution au développement économique et social de l’écosystème par la participation à des projets ou en nouant des relations avec les partenaires locaux. 

Enjeux

Participation à la vie de la cité 

Être intégrée sur son territoire signifie pour l’entreprise s’engager sur son territoire. Elle est impliquée bénévolement dans une cause externe, en menant des actions partagées d’intérêt général pour une cause externe caritative (par exemple par la participation à des actions en faveur de l’environnement, la biodiversité, l’insertion…) ou en apportant un soutien financier à ces causes externes… L’entreprise peut mettre en place une possibilité de mécénat de compétences et de congés solidaires, en ouvrant la possibilité pour le salarié s’il le souhaite de mener des missions de mécénat de compétences (sur son temps de travail) ou de prendre un congé solidaire.

Contribution au développement économique et social des territoires 

Être intégré signifie également irriguer son écosystème par des projets ayant trait au développement économique, social ou environnemental du territoire d’implantation (en budget ou en temps passé). Cela peut se traduire par un spectre large d’actions, par exemple par des visites dans les collèges, lycées et universités locaux pour présenter et expliquer les métiers de la filière ; une valorisation des déchets par le choix de fournisseurs locaux responsables ou encore des actions communes réalisées avec les collectivités locales (conventions de partenariat, engagement à une politique d’achat local, de recrutement local…). 

L’entreprise peut, par ailleurs, développer des relations avec les partenaires locaux, en étant engagée dans la vie culturelle, éducative, économique et sociale du territoire (en budget ou en temps passé) : mécénats, partenariats, réseaux du territoire (hors syndicat professionnel), possibilité donnée aux salariés, sur leur temps de travail, de contribuer à des actions de développement social pour le territoire.

À noter

Le mécénat de compétences, qui peut consister en une prestation de services ou une allocation de ressources humaines, consiste à mettre bénévolement l’expertise d’un salarié sur son temps de travail à disposition d’une cause d’intérêt général. Le mécénat de compétences ouvre le droit à des déductions fiscales équivalentes à 60 % du don en compétences si l’entreprise le fait à un organisme à caractère non lucratif.

Le mécénat de compétences

Comment mettre en place efficacement le mécénat de compétences dans son entreprise ? Un certain nombre de précautions sont à prendre pour installer un mécénat de compétences efficace au sein de son entreprise.

Roder sa communication
La démarche doit être clairement expliquée aux collaborateurs susceptibles d’être intéressés par le dispositif.

Encadrer
Les missions proposées doivent être parfaitement encadrées : signature d’une convention de mécénat, cahier des charges précis et détaillé à communiquer à toutes les parties, élaboration d’un échéancier de livraison des services, etc.

Suivre
Les salariés engagés doivent bénéficier d’un suivi rigoureux : le détail des tâches à effectuer, les horaires et les conditions de travail doivent être connus en avance par les collaborateurs, qui doivent retrouver leur poste ou équivalent à la fin de leur mission de mécénat. Le temps consacré au mécénat est pris strictement sur le temps de travail et ses horaires habituels.

Légalement, lorsque le salarié est en mission, il conserve les conditions de son contrat de travail et reste à temps plein. C’est un excellent moyen pour les collaborateurs de développer de nouvelles compétences, et de donner du sens à leur travail. 

Actions

Les incontournables 

  • Actions menées bénévolement par l’entreprise en faveur de causes externes ayant un lien avec le territoire.
  • Participation à des projets impactants sur le territoire : engagement de l’entreprise dans la vie culturelle, éducative, écologique, économique et sociale du territoire.

 Pour aller plus loin 

  • Possibilité offerte aux salariés de mécénat de compétences ou de congés solidaires.
  • Création de partenariats sur la durée avec des associations locales.

Chiffres-clés

*données issues du premier baromètre lancé par la fondation SNCF, avec l’Ifop, auprès de 3 000 personnes