Indice syntec 286,4
Publié le 22 septembre 2015

Baisse des niveaux de marges et du taux de marge pour les entreprises de services de prestations intellectuelles

Une étude Coe-Rexecode du 22 septembre 2015 vient confirmer les nombreuses alertes formulées par la Fédération Syntec depuis 2008.

« Le taux de marge des entreprises de services de prestations intellectuelles est à un taux historiquement bas ».

Les mesures prises par le Gouvernement pour soutenir les marges des entreprises (CICE, Pacte de responsabilité et de solidarité) ne suffiront pas à rétablir la situation de profitabilité des entreprises de services de prestations intellectuelles, parce que celles-ci, qui emploient une main d’œuvre qualifiée, en profitent peu.

Des ruptures fortes se sont produites en 2008 et la situation ne s’est pas rétablie. Le niveau d’excédent brut d’exploitation a fortement chuté, tout comme le taux de marge.

Ces évolutions traduisent une déconnection croissante et nouvelle, entre la progression des salaires et celle de la valeur ajoutée, et ce, malgré un ralentissement des salaires.

Nos entreprises subissent une forte pression à la baisse sur leurs prix de vente et peinent à maintenir le volume d’activité.

Nos activités, qui sont consubstantielles à l’ensemble de la chaîne de valeur de l’économie française, ne pourront pas durablement supporter une dégradation de leurs marges de cette ampleur.

Nos entreprises doivent rapidement restaurer leurs marges sur ces emplois à haute valeur ajoutée, mais néanmoins délocalisables, et, dans un environnement très concurrentiel, rester attractives pour les talents de demain.

C’est une menace sérieuse pour la compétitivité de la Maison France !

Contact presse : Corine Alonso, chargée de mission communication – 01.44.30.49.63 – corine.alonso@syntec.fr

Les dernières actualités
Action publique et responsable
22 septembre 2015
Education et formation : fort de deux enquêtes exclusives, Syntec s’engage et demande une meilleure adaptation du système éducatif aux besoins des entreprises
Alors que la question des compétences et du recrutement est devenue primordiale pour les métiers de ses secteurs d’activité, la Fédération Syntec et les syndicats qui la composent révèlent les résultats de deux études portant sur l’éducation et la formation, ainsi qu’une série de propositions et d’engagements pour optimiser l’adéquation entre besoins de compétences et offres de formation.