Indice syntec 279,8
Publié le 08 juillet 2021

Représentativité : Syntec renforce sa position de première organisation patronale de la branche des bureaux d’études

Les résultats provisoires de la mesure de l’audience des organisations professionnelles d’employeurs annoncés le 7 juillet confortent la position de la Fédération Syntec comme première organisation représentative de la branche des Bureaux d’études techniques, cabinets d’ingénieurs-conseils et sociétés de conseils, dite branche « Syntec ».

La Fédération Syntec représente 426 775 salariés, soit 90,67% des effectifs comptabilisés dans cette mesure de la représentativité professionnelle de branche. Ce chiffre est en progression de plus de 18% par rapport à la précédente mesure datant de 2017 : aujourd’hui plus de 9 salariés sur 10 travaillant dans une entreprise membre d’une organisation professionnelle de la branche des bureaux d’études sont donc employés dans une entreprise adhérant à l’un des syndicats constitutifs de la Fédération Syntec (Numeum, Syntec-Ingénierie, Syntec Conseil, UNIMEV, Acteurs de la compétence).

Cette progression traduit le dynamisme de l’emploi au sein des entreprises membres de la Fédération Syntec et illustre également la capacité de ses syndicats membres à attirer à eux un nombre croissant d’adhérents de toute taille – TPE, PME, ETI, Grands groupes – ce qui en fait un parfait reflet de la diversité des entreprises de la branche.

Forte de ces chiffres, la Fédération Syntec vient renforcer son leadership et sa position d’unique organisation professionnelle de la branche disposant de la capacité à signer seule des accords. Aucune organisation patronale ne peut s’opposer à l’extension d’un accord de branche signé par la Fédération Syntec. Cette dernière peut en revanche s’opposer seule à l’extension d’un accord signé par les autres organisations patronales.

La Fédération Syntec a par ailleurs enregistré une progression du nombre de ses entreprises adhérentes de plus de 9%, avec 2750 entreprises adhérentes (contre 2521 recensées lors de la précédente mesure de la représentativité), représentant 48,84% des entreprises membres d’une organisation professionnelle. La Fédération Syntec demeure majoritaire dans la branche en nombre d’entreprises d’au moins 1 salarié avec plus de 54% d’entre elles.

Laurent Giovachini, Président de la Fédération Syntec, déclare : « Bien qu’ils ne soient pas définitifs, les résultats de la mesure de la représentativité patronale consolident la position de leader de la Fédération Syntec qui franchit la barre symbolique des 90% de salariés représentés. La croissance spectaculaire du nombre de salariés employés par nos entreprises membres confirme le dynamisme de l’ensemble constitué par la Fédération et ses syndicats membres. Elle souligne l’exceptionnelle vitalité économique de nos entreprises adhérentes ». 

Hubert Giraud, Président du Comité Emploi Social Formation de la Fédération, ajoute : « Ces chiffres confèrent à la Fédération Syntec une légitimité renforcée pour négocier avec les organisations de salariés les évolutions de la convention collective nationale ainsi que les dispositifs de formation professionnelle et de protection sociale de la branche et pour représenter l’industrie de la connaissance auprès des pouvoirs publics et de la société civile ». 

Les dernières actualités
Action publique et responsable
08 juillet 2021
« Sous le signe de la transformation »
Alors que la période électorale touche à son terme et marque le début d’un nouveau quinquennat, la Fédération Syntec publie, dans le cadre de son rapport annuel, une réflexion collective sur la notion de transformation.
Action publique et responsable
08 juillet 2021
Pouvoir d’achat – la Fédération Syntec en faveur d’une éligibilité de tous les salariés à la « Prime Macron »
Alors que le gouvernement a annoncé une discussion à venir sur le dispositif de prime exceptionnelle de pouvoir d’achat (PEPA, dite « Prime Macron »), la Fédération Syntec et les syndicats professionnels qu’elle représente demandent un élargissement de l’éligibilité à cette prime à tous les salariés. La fédération pointe notamment un risque d’injustice et d’exclusion pour les secteurs parmi les plus porteurs pour la relance de l’économie française.